LA DOMINIQUE (DOMINICA)

Retrouvailles en Martinique
A notre grande surprise, nous avons retrouvé Gerard sur voilier Beluga à Grande Anse d'Arlet. Il est descendu de la Guadeloupe pour récupérer son équipier en Martinique. Nous retrouvons aussi l'equipage du voilier Lutine. Nous restons une dizaine de jours à Grande anse d'Arlet, la baie est très agréable et calme en cette saison, nous profitons de chaque jour pleinement à vaquer à nos occupations de vacanciers sur un voilier.

Nous sommes partis de l’Anse d’Arlet en Martinique samedi ; nous avons rejoint Beluga (Gérard et Dominique son équipier) à St pierre au nord, puis dimanche au lever du jour vers 5h30 on a filé sur La Dominique.
Passage du canal reliant les 2 iles (25 milles) dans de bonnes conditions météo (1,50m de houle et 15 nœuds de vent) en restant au près donc en gite quand même.
Gérard nous averti par VHF d’une survente à la pointe sud dans la baie de Scotts Head ; nous réduisons un peu de génois, il y a déjà 1 ris dans la GV donc on est bon.
Le vent est capricieux tout le long de la cote ouest de l’ile de La Dominique, 8 à 15 nds de nord est puis il passe au sud est, puis à nouveau au nord est, puis plus rien donc nous naviguons voile et moteur ensemble pour gagner du temps et arriver au mouillage avant la tombée de la nuit.
Nous décidons de nous arreter avant Portsmouth en passant devant une anse bien calme et agréable ou se trouve deja 2 voiliers. Nous approchons du bord, un boat boy blanc au sourire ultra brite vient vers nous en annexe : c'est un des hollandais qui a son voilier dans la baie, il vient nous dire qu'il reste une bouée de libre et il nous aide à prendre le mouillage. Sympa les Hollandais.

6h du mat le jour se lève, un pélican rase Gecko et jette un œil dans le cockpit pour voir s’il n’y a pas un reste de poisson à récupérer… non, mais il prend Gecko pour un chalut qui rentre de la pêche !!
A terre les chants des coqs résonnent ; eh oui, même en bateau nous sommes réveillés par les coqs ! Il suffit d’être près du rivage comme Gecko en ce moment accroché à une bouée de mouillage à 20 mètres de la plage.
Finalement l'imprévu à du bon et nous avons aprécié la tranquilité de cette petite escale loin de la civilisation et proche de la nature.

Dominica en navigation le long de la cote ouest caraibe vers Coulibistrie

Dominica Gecko dans l'anse A Ligne avec les 2 voiliers Hollandais
En navigation le long de la cote ouest, à droite Gecko au mouillage dans l'anse A Ligne avec les deux voiliers Hollandais.

Dominica resto specialités creoles

Dominica dans la rue
Portsmouth : dans la rue

Dominica panorama de la baie de Portsmouth
Panorama de la Baie de Portsmouth et dans tous ces petits bateaux, il y a Gecko quelque part

Nous retrouvons l'équipage de Beluga à Portsmouth le mardi, nous restons une journée ensemble car Gérard et Dominique repartent mercredi vers Marie Galante puis sur la Guadeloupe récupérer une équipière qui les accompagnera jusqu'à St Martin.
Le lendemain nous avons visité le nord est de l'ile jusqu'au territoire des Indiens Caraïbes en prenant de Portsmouth les bus locaux. Ici les bus sont des mini vans type Toyota ou on s'entasse à 14 ou plus alors que le nombre de places est limité à 10. Nous étions coincé avec des "mamas" qui à elle seule prennent 2 places!! et pour faire 30 km sur les routes tortueuses de la vallée, ca reste déjà une épreuve avant d'arriver à bon port.

Nous avons continué à pieds de Marigot (terminus du bus) pendant 10 kms sous un soleil de plomp et dans une chaleur accablante, tout ca en grimpant car le territoire des indiens (carib territory) est perché sur une haute falaise. Nous rencontrons un gars et nous lui demandons si nous allons bien dans la bonne direction car dans ce dédale de chemins sans panneaux indicateurs, nous sommes paumés. Il est moitié indien et Dominicain (mixe comme il dit) ; il est grand, très fin, la peau ambrée et ressemble à un Malgache ; par contre sa longue machette qu'il dirige vers nous avec des gestes vifs en discutant nous impressionne. Finalement comme la marche n'a pas l'air de le fatiguer il nous accompagne un bout de chemin alors que nous sommes tous les deux en décomposition ; il nous souhaite la bienvenue et bonne chance puis disparait à travers la forêt pour regagner son village. Nous prenons le sentier sur la gauche qu'il nous a indiqué et nous nous retrouvons au bout d'un quart d'heure le long d'un petite rivière ; Ah ça fait du bien de se rafraichir ! une vache surgit de nulle part en meuglant si fort qu'on se demande si elle n'a pas eu plus peur que nous en voyant deux blancs sur son territoire; bon en tout cas elle a de grandes cornes donc nous allons peut être pas engager la conversation avec elle.
En suivant la rive nous apercevons des indiens qui se baignent, nous passons devant eux discrètement sur le bord du sentier qui longe la rivière pour ne pas les déranger. Plus loin nous arrivons devant l'entrée du village Kubuli bien aménagé pour les touristes. Nous nous rendons compte que nous n'avons pas pris la route classique touristique mais ça a le mérite d'être un peu plus dépaysant.

La Dominique est l’un des endroits où les Indiens Kalinago ont survécu, ils sont arrivés en Dominique il y a environ 1000 ans et l’ont appelé "Wai’tukubuli" ce qui signifie : «Grand est son corps»
Ils vivent aujourd'hui sur un territoire au Nord Est de l’île d'une superficie d'environ 1530 Hectares.

Aujourd'hui Kubuli est le nom de la bière locale !

Dominica Fort Cabrit parc mational

Dominica Fort Cabrit les ruines de la garnison anglaises
Jeudi nous avons fait la visite du parc national Cabrit, point stratégique pour les Anglais en Dominique entre les 2 iles Françaises ; mais Thierry le Francais en mars 2012 a réussi à entrer dans la garnison ;)
Nous avons fait la ballade avec 2 jeunes francais sympas en vacances ici pour quelques temps. De nombreuses ruines sont visibles dans la forêt ou la nature a repris ses droits donnant un aspect lugubre et mystérieux.

Dominica un coq chante dans le village de portsmouth

Dominica Portsmouth la decoration n'eqt pas au top chez les habitants
Des maisons en vrac, des morceaux de tôles, des poubelles éventrées, des carcasses de voitures à terre et des épaves de bateaux dans la baie c'est ça aussi La Dominique... et vous n'avez pas les odeurs.
Dans l'ensemble les Dominicains sont très aimables, accueillants et très rastas, malgré la pauvreté, les problèmes d'alcoolisme et de drogue.

Dominica epave de chalut dans la baie de Portsmouth

Dominica petit bordel
Notre escale sur la Dominique va bientot prendre fin, le voilier ami Pato Pampa vient d'arriver donc ce soir petit repas de retrouvailles au Bar restaurant Big Papa's sur la plage bien connu ici à Portsmouth.

La taille des photos n'a pas été modifiée, pour les voir , clic dessus et faire enregistrer sous

Thierry profite du calme en navigation, enfin!!
Gecko dominica thierry profite de la plaisanceen voilier enfin!!

Sans commentaire
Dominica god bless

Cabane maison typique de La Dominique

Dominica village de Portsmouth le matin

Boutique de fringues locale
Dominica boutique de fringues  locale
Entrée du village des derniers Indiens Caraibes
Dominica entrée du village des derniers indiens caraibes
Thierry Le Francais entre en terre ennemi à Fort Cabrit chez les Anglais!
Dominica Fort Cabrit Thierry le Francais chez les Anglais

Fort Cabrit peinture de la colonisation France Angleterre
Dominica Fort Cabrit peinture de la colonisation par les Anglais et les Francais


Clin d'œil :
Depuis le début de notre périple, nous avons rencontré quelques aventurières : au Cap Vert la surfeuse sud Africaine seule dans son bateau qui traversait l'atlantique jusqu'au Brésil puis redescendre sur l'Afrique du Sud ; un sacré défi.
A Bequia une jeune Allemande (21 ans) équipière depuis l'Allemagne sur plusieurs bateaux cherchait à descendre en Amazonie pour aider les indiens.
Au marché aux fruits et poissons de Portsmouth, Thierry retrouve une espagnole rencontré à Béquia ; elle est ici en Dominique hébergé chez un rasta, elle l'aide à vendre des fruits et légumes. Elle est arrivée aussi en tant qu'équipière par bateau depuis l'Espagne. Elle filme pour faire un reportage sur l'évolution de la culture caraïbe.
Ces aventurières parcourent des milles sans beaucoup de moyens et avec beaucoup de courage et de curiosité. FELICITATION LES FILLES!
Nous contacter :-) gecko.voilier @ gmail.com  

Brioude-Internet : référencement et positionnement